Macron et les retraites : Le grand rallongement

Macron et les retraites : Le grand rallongement

Le Président-candidat souhaite repousser l'âge de départ à la retraite à 65 ans.

Les écologistes s’étaient déjà opposés, avant la crise sanitaire, à la réforme injuste portée par Emmanuel Macron et à laquelle les partenaires sociaux l’avaient forcé à renoncer.

Ce matin, dans un singulier mélange des genres et des fonctions, c’est le porte�-parole du gouvernement, Gabriel Attal qui présente le programme du candidat
Emmanuel Macron. Cette confusion des rôles dans la campagne présidentielle doit immédiatement cesser.

Sur le fond, le conseil d’orientation des retraites lui-même a souligné que l’allongement de l’âge de départ à la retraite était un mauvais calcul, qui
entraînerait une augmentation des dépenses de chômage et d’invalidité.

L’argument de l’équilibre des comptes ne tient donc pas. Une telle réforme ne ferait qu’aggraver des injustices criantes, puisqu’aujourd’hui un français pauvre sur 4 meurt avant l’âge de la retraite.

Il y a 13 ans d’écart d’espérance de vie pour les hommes, 8 ans d’écart pour les femmes, entre les 5% les plus riches et 5% les plus pauvres. L’urgence est de s’attaquer à ces inégalités.

Avec Yannick Jadot, les écologistes garantiront une retraite digne et permettront à toutes celles et ceux qui ont exercé des métiers pénibles de partir plus tôt à la
retraite, par le rétablissement et le renforcement du compte pénibilité, car rien n’est plus injuste que les inégalités d’espérance de vie en bonne santé entre les
différentes catégories socio-professionnelles.

Marine Tondelier, porte-parole de Yannick Jadot

[email protected]