La résistance ukrainienne, l'aide à cette à cette résistance et les sanctions européennes contraignent Poutine à la négociation

La résistance ukrainienne, l'aide à cette à cette résistance et les sanctions européennes contraignent Poutine à la négociation

Je me félicite de ce qui s’apparente à un début de négociations sérieuses afin de mettre rapidement un terme aux atrocités commises par Poutine en Ukraine. Ce n’est que grâce à la résistance héroïque du peuple ukrainien, à l’appui militaire qui lui est fourni, aux premières sanctions décidées par les Européens et à l’unité ferme et offensive de l’Europe que Poutine, dont l’agression militaire est mise en échec, est enfin contraint à la négociation.

La plus grande prudence s’impose cependant dès lors que ces atrocités se poursuivent, qu’un cessez-le-feu n’est pas encore effectif et que les troupes russes n’ont pas quitté le sol ukrainien. Dans l’attente d’un cessez-le-feu et d’un retrait russe, l’appui militaire et les sanctions doivent être maintenus et renforcés. C’est ainsi que nous parviendrons à créer les conditions d’un accord respectant la liberté et la sécurité de tous et la stabilité en Europe.

La France doit contribuer à ce que dans un cadre européen, notre pays et l’Europe puissent apporter à l’Ukraine les garanties fermes et effectives de sa sécurité et de sa liberté, dans le cadre des engagements qu’elle aura librement consentis.

En tout état de cause, les anciennes complaisances et les lâchetés ne sauraient prévaloir pour l’avenir. Ce sur quoi les écologistes alertent de longue date doit enfin devenir une réalité : l’indépendance énergétique, industrielle, alimentaire et de défense de l’Europe afin de défendre la paix et le climat face aux dictatures. 


Retrouvez mon communiqué de presse